La généalogie du Hapkido débute à la période des Trois Royaumes de Corée (Koguryo, Paekje et Sylla) où les moines itinérants transmettaient les valeurs des arts martiaux et du Subak.

 

Le Yu Sul (ou l'art des saisies) fut introduit au Japon et notamment à la famille du clan Minamoto. A l'époque féodale, Shinra Saburo Minamoto no Yoshimitsu aurait expérimenté le fonctionnement anatomique des contrôles articulaires et des luxations sur les cadavres des champs de batailles.

 

Son fils aîné, Minamoto no Yoshikiyo changea de nom pour celui de la province où il résidait : Takeda. La famille Takeda déménagea par la suite pour Aïzu où le clan devint formateur de la garde personnelle du shogun Tokugawa.

 

A la fin de la période Tokugawa, Sokaku Takeda (武田 惣角 1860-1943), alias Takeda Minamoto No Masayoshi, fonda le Daito Ryu Aïki Jujutsu sur les bases de son enseignement shintoïste : l'Oshiki Uchi (Art de Défense de la Cour) et de l'enseignement de son père Sokichi Takeda. (cliquer sur le texte pour voir la photo)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Il maîtrisait donc le Kenjutsu des écoles Jikishin Kage Ryu, Ono-ha Itto Ryu et Hozoin Ryu (la lance des moines), le Bo Jutsu, le Sumo et bien sûr l'Aïki Jujutsu du clan Aïzu.

Page < 1 - 2 - 3 - 4 - 5 >